« Un cri, deux âmes » par la Cie L’Arsène le samedi 28 avril 2018 à 20h30

« Un cri, deux âmes »

 

par la Cie L’Arsène

le samedi 28 avril 2018 à 20h30

Poésie, musique et arts plastiques 

Un appel à l’amour entre le chant et la poésie, la musique et le silence, la violence et la comptine, le féminin et le masculin.

Une jeune femme clame son témoignage de l’amour. Elle nous raconte son histoire, ses dérives et ses espoirs de bonheur. Elle tente d’avancer dans la vie en acceptant ses contradictions. Elle fait le point. Elle attend du ciel le Dieu de l’Amour. Et puis repart se plonger dans les vagues noires de la vie, répondre peut-être à l’appel du soleil.

 

A vingt ans, on se demande si on l’a vécu, si on l’a atteint, le bonheur. Est-ce que c’est un but? Est-ce qu’un être m’a rendu heureuse? C’est quoi la différence entre joie et bonheur? Est-ce que c’est prendre du plaisir? Est-ce que j’ai pris du plaisir? Est-ce que, pour avoir le bonheur, il faut faire le bonheur des autres? Est-ce que je dois taire ce que je vis, pardonner, garder le silence sur mes blessures pour être fidèle à l’image que l’on a de moi, ou que je pense que les autres ont de moi, et ainsi faire que tout va bien pour tout le monde? Est-ce que je dois faire encore semblant? Est-ce que tout le monde fait semblant et comme ça on est heureux parce qu’on ne se pose pas trop de questions? Est-ce que le con est plus heureux que quelqu’un qui pense et se pose des questions? C’est quoi le bonheur? On peut le toucher? Je peux tuer ceux qui me l’ont enlevé? Ou au moins leur faire payer? Ce genre de réflexions…

Et ça a pris la forme d’un navire. Un paquebot. Blanc le jour avec sa vigie noire. Et noir la nuit avec sa vigie blanche. Il navigue dans une litanie, un poème, un chant, une prise de parole. Il témoigne des blessures, de la mer noire sous sa coque, de ses naufrages mais aussi de ce sentiment d’arriver à bon port. Un cri, deux âmes, c’est un navire qui a perdu le Nord. Il sort les bouées, les canots de sauvetage, les fusées de détresse et … pourtant ne s’empêche pas de couler. D’aller toucher le fond pour voir ce que ça fait. Et d’entraîner les autres avec. Sans même avoir l’espoir de tous remonter ensemble. Un cri, deux âmes, c’est une clameur. En anglais, ça s’écrit « clamour ». C’est un peu ça. Une vocifération à l’amour. Un appel à l’amour. Un sauvetage au bonheur.

Écriture et mise en scène : Anne-Claire Joubard / Interprétation : Anne-Claire Joubard, Quentin Mousserion, Téo Proust

La compagnie

La compagnie l’Arsène a été créée en juin 2016. Basée à Angers, elle a pour objectifs principaux la création de spectacles vivants et la transmission via différents ateliers de théâtre. Cette compagnie a pour origine la rencontre des deux membres de l’équipe artistique au Conservatoire à Rayonnement Régional d’Art Dramatique d’Angers. Leurs approches très contrastées du plateau et l’intérêt réciproque pour les propositions artistiques de l’autre les ont menés à s’interroger sur leur possible complémentarité. Leurs différences techniques et le fait de retrouver du commun dans leurs envies artistiques les amènent à travailler en inventant un espace de création qui combine leurs univers respectifs. 

 

 

Publicités

UN ESPACE DE CREATION ET DE SPECTACLE – ATELIER DE FORMATION

%d blogueurs aiment cette page :