THÉÂTRE EN FÊTE AU SAFRAN LES 13,16 ET 17 JUIN

THÉÂTRE EN FÊTE AU SAFRAN les 13, 16 et 17 juin

MERCREDI 13 JUIN A 20H30

« DUO SUR CANAPÉ »

PAR LES ATELIERS DU SAFRAN

PARCOURS DUEL DROLATIQUE

avec
Régine Bruny, Véronique Chauvin, Julie Fourreau, Michèle Leboulenger, Marie Clairouin,
Nathalie Dagnet, Elodie Briot, Noël Pineau,
Franck Belanger, Joseph Bossé

Mise en scène Lionel Salmon

C’est pas tout d’avoir un canapé dans son salon, ou sur un plateau de théâtre…. c’est pas tout… il est certain qu’il est là pour quelque chose, pour servir… mais à quoi et à qui ? Est-ce vraiment un canapé ?  Être ou ne pas être un canapé, là est la question… Grande question… si vous désirez en savoir plus sur le destin du canapé et de ses occupants en goguette…. alors, une seule chose à faire… chercher votre téléphone, et une fois votre téléphone en main composez le 02 41 26 31 90 et réserver votre place soit :

 

SAMEDI 16 JUIN A 15H00

CABARET IMPRO PAR LES ATELIERS DE L’IMPRO

SAMEDI 16 JUIN A 16H30

LES IMPROMPTUS DE LIONEL SALMON

Un moment impromptu – une palette de textes, de chansons, d’histoires, de contes…. comme ça…. pour le plaisir de dire, de chanter et de le partager…. il y aura aussi des chansons et des textes des autres, une manière comme une autre de tracer un itinéraire dans la forêt touffue de mes rêves….

 

SAMEDI 16 JUIN A 19H00

AUBERGE ESPAGNOLE DE 19H A 20H30

CHACUN AMÈNE SON PANIER A PARTAGER –  LA SAFRAN OFFRE LA BOISSON

SAMEDI 16 JUIN A 20H30

« DUO SUR CANAPÉ » PARCOURS DUEL DROLATIQUE

PAR LES ATELIERS DU SAFRAN

DIMANCHE 17 JUIN A 15H00

« DUO SUR CANAPÉ » PARCOURS DUEL DROLATIQUE

PAR LES ATELIERS DU SAFRAN

ET POUR FINIR CE SERA EN MUSIQUE ET EN CHANSON

DIMANCHE 17 JUIN A 17H00

Sans chichi, l’électricité lyrique de Matéo MF révèle bien son aspiration et sa force musicale. Sa musique et ses textes abrupts le rapprochent de Noir Désir, Thiéfaine, Renaud. Côté scène, on trouvera du Brel ou du Mano Solo. De la plénitude dans son style, sans poésie déplacée ou lourdingue. Des sons cisaillés de guitares survitaminées, une voix qui parfois jette dans la douleur, une rythmique à la fois endiablée, douce et calme, tranchent avec l’expression de sa révolte juvénile et d’un désespoir malicieux. L’étrange en revers de manche, la pointe d’humour comme une écharde. Sa machine est lancée, en solo ou en quartet, et nous ne souhaitons pas l’arrêter avec son premier album, Mis bout à bout, foisonnant, direct et instinctif.

Entrée au chapeau

%d blogueurs aiment cette page :