Gabriela Barrenechea, Lionel Salmon et Paul Meslet accompagnés par Tony Baker au piano

Vendredi 26 juin 2015

                                     20h00 (début spectacle à 20h précise – accueil dès 19h45 – merci d’être ponctuel)

                               Théâtre de Poche Le Safran

Prix d’entrée : 12 € – Participation libre pour demandeurs d’emploi, allocataires RSA, Cotorep –

Soirée en deux parties – Entracte gourmand –

1ère partie – Gabriela Barrenechea et Lionel Salmon

Entracte gourmand (offert)

2ème partie – Paul Meslet

 

Paul Meslet

PAUL MESLET

Quand il chante, Paul Meslet se promène. Et il vient de loin, Paul Meslet. D’un monde de silencieux où les mots sont pudiques et graves, d’un monde de taiseux où l’on chante en s’appliquant parce que rien ne mérite indifférence ou dédain. Sa voix est chaude comme un bonjour, ses gestes vous accueillent, son sourire raconte qu’il en a vu d’autres et qu’il veut bien partager.

Dans les chansons de Paul Meslet, il fait un temps de rimes douces, un temps de miel. Mais tout de suite bousculé par le bel orage d’une colère fraîche comme l’amitié.

C’est comme ça depuis toujours, c’est sa manière, son artisanat : Paul Meslet chante, l’air de rien, des chansons caressantes troussées à la main, des petits bijoux qu’on fourre dans la poche intérieure du paletot, côté cœur.

À l’heure où la planète manque d’oxygène, où les humains se défient de la vie, Paul Meslet affirme qu’il faut chanter pour donner de l’air à nos idées, à nos envies, chanter pour faire connaissance avec le ciel, chanter que chacun est une part du vent, du patrimoine, de l’orchestre.

Michel Boutet

Gabriela Barrenechea + Lionel Salmon

                            Carnet de voyage :  Fenêtre, Côté Jardin

Gabriela Spectacle Nazim HikmetLionel Salmon

Gabriela Barrenechea regarde le monde de sa fenêtre, rêve de traverser la mer pour chercher son continent et emporte avec elle ceux et celles qui ont partagé son sort dans sa fenêtre.

Lionel Salmon, ouvre une fenêtre sur son jardin, un « côté jardin », un jardin cosmique, sans clôture, libre d’aller, une balade onirique où tournent des « chevaux de bois » « et sous le ciel, tombent des soleils des acacias »  

avec au piano le pianiste Tony Baker

_MG_8296

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

UN ESPACE DE CREATION ET DE SPECTACLE – ATELIER DE FORMATION

%d blogueurs aiment cette page :